La création du refuge

Un tout premier refuge au Sénégal

Notre arrivée à Dakar

Tout a commencé le 14 février 2019 lorsque j’ai atterri à Dakar avec notre chienne Nikki, pinscher allemand de 17 mois. Je rejoignais alors mon compagnon Adrien qui avait débuté un volontariat international à l’étranger au nouvel aéroport Blaise Diagne. Une belle expérience de découverte et d’intégration nous attendait alors au Sénégal. Nous avons de suite été chaleureusement accueillis dan notre quartier à Ngor par une population généreuse, travailleuse et qui vit de peu, mais ne manque de rien.

Arrivée à Dakar - Refuge chez Nikki

La rencontre avec Ella

Le 27 février, soit 13 jours seulement après mon arrivée, Mimi est arrivée chez nous par le biais de Karine, une jeune fille très engagée pour la cause animale à Dakar et qui a notamment crée l’APAD, « Association pour la Protection Animale de Dakar ». Mimi était une chienne blessée et fatiguée qui avait besoin de repos et qui ne pouvait plus rester dans le hall d’immeuble de chez Karine. Nous l’avons donc prise à la maison et emmenée quelques jours plus tard à un « point relais » – une super association qui défend les droits des animaux, l’ASPAE, « Association Sénégalaise pour la Protection des Animaux et de l’Environnement » – où sa nouvelle famille viendrait la chercher.

En même temps que nous gardions Mimi et alors que je la promenais avec Nikki dans le quartier de Ngor où nous vivons, j’aperçus au loin une petite chienne de la taille d’un rat qui léchait au sol de l’eau sale, et qui, après m’être approchée, s’est avérée sentir fort le poisson. Dans un premier temps, la voix raisonnable de mon compagnon résonna dans ma tête « non, ne la prends pas, on a déjà une chienne en accueil à la maison, on vit en appartement, ça va être ingérable… » et puis mon coeur battu si fort pour cette petite âme esseulée que je ne pus me retenir et l’embarqua dans mes bras, les deux chiennes en laisse et hop à la maison. Après une visite chez le vétérinaire qui m’annonça qu’elle n’avait pas plus d’un mois et qui lui retira une dizaine de vers et quelques tiques, nous constatâmes qu’elle se sentait heureuse à la maison : un bon appétit, un sommeil de plomb, des jeux sans fin avec notre chienne Nikki. La petite Ella, en référence à France Gall qui adorait le Sénégal et plus particulèrement l’île de Ngor, a trouvé auprès d’Adrien et moi, une famille aimante qui la chérira tout au long de sa vie.

 

La genèse du projet

Le projet d’association fleurissait dans ma tête depuis mon arrivée, et lorsque j’ai tenu Ella, cette petite boule de poils dans mes bras, j’ai de suite foncé à l’aventure comme un bélier. J’ai regardé les démarches administratives pour créer une association puis un refuge, j’ai commencé mon étude de marché, mon plan stratégique et suis partie dans tous les sens avec une motivation débordante. Heureusement, mon conjoint, des amis en France et des gens rencontrés à Dakar, des bénévoles, des vétérinaires m’ont aidé à me lancer dans ce projet fou qui est encore en construction. Toute aide est la bienvenue : qu’elle soit financière, matériel, administrative, physique, partage de contact, d’expérience ou autre.

CHEZ NIKKI

Aussi, j’ai lancé une cagnotte en ligne afin de récolter le maximum de fonds pour débuter à sauver des animaux même sans lieu attitré pour l’instant. Vous pouvez cliquer ici pour y accéder.

Je vous tiendrai informés de la suite, étape par étape via notre page Facebook et Instagram : @refugecheznikki

Sachez que je m’engage personnellement à la pérennisation de cette association. Je serai au service de celle-ci, bénévolement, en tant que présidente, durant trois années, à la suite desquelles un audit s’imposera pour déterminer sa prolongation.

Caroline Lai
Présidente de l’association